Paul-Alexis Bernard nous a quittés

Paul Alexis Bernard_2

L’ensemble des salariés du Groupe Centre France sont dans une immense tristesse : Paul-Alexis Bernard, journaliste et responsable des projets digitaux pour le groupe, est décédé brutalement.

Agé de 38 ans, arrivé dans le groupe en 2012 en tant que consultant digital pour ESJ PRO, Paul-Alexis Bernard a été auparavant journaliste pour les rédactions du Courrier Picard, du Télégramme et de Ouest France. Avec la profession, la direction du groupe salue un journaliste passionné, un collègue généreux de son temps et de ses conseils, un ami fidèle et toujours disponible.

Nous adressons toutes nos condoléances à sa famille.

 

Message de la part de la famille de Paul-Alexis :

Bienveillant, chaleureux, toujours disponible, à l’écoute, attentif, patient… Autant d’adjectifs et de mots qui nous ont réchauffé le cœur. Très touchés par tous vos messages si chaleureux et emplis d’humanité pour honorer la mémoire de Paul-Alexis, nous tenons à vous remercier et vous dire que nous avons été très sensibles aux si nombreuses marques de sympathie, d’affection et d’amitié que vous nous avez témoignées. Vos mots ont été d’un grand réconfort pour nous en ces circonstances si douloureuses.

Déposez vos condoléances

Condoléances

  1. Sébastien Besse dit :

    L’annonce du décès de Paul-Alexis a été un choc immense pour tous, doublé d’un infini sentiment d’injustice. J’ai eu l’occasion de travailler avec lui sur plusieurs projets. Perspicace et clairvoyant, fin connaisseur de son sujet, il posait toujours la bonne question, la question pertinente… de nature à conduire le projet sur la bonne voie. Il savait immanquablement trouver le mot juste, sans se perdre dans des chemins sinueux. Je garderai l’image d’un collègue toujours souriant, toujours de bonne humeur, de bon conseil et bienveillant. J’adresse mes plus sincères et chaleureuses condoléances à sa famille et à tous ses proches.

  2. Philippe Rioux dit :

    Quelle triste nouvelle. Tellement difficile à croire.
    Souvenir d’un vrai pro croisé à l’Upreg.
    Passionnant et passionné sur le journalisme et le numérique.
    Sincères condoléances à sa famille et ses collègues.

  3. Simon Vidal dit :

    Well….. alors un Dylan pour l’au-delà,
    tu verras la mélodie et les paroles sont sympas.
    https://www.youtube.com/watch?v=Vj_dLuRTjUQ

    R.I.P

  4. Stéphanie Gianninelli dit :

    Bien triste nouvelle. Sincères condoléances à sa famille et à ses proches !

  5. ville Christelle dit :

    Sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

  6. Virginie Leclaire dit :

    Tu vas me manquer mon polo! Mes sincères condoléances à toute sa famille

  7. Le service bâtiment du journal dit :

    L’équipe du service bâtiment du Journal présente, en ces douloureuses circonstances, ses sincères condoléances à la famille et aux proches de Paul – Alexis, ainsi que l’expression de la sympathie attristée de chacun.
    Nous allons tous regretter son éternelle bienveillance envers les autres personnes.

  8. DOMINIQUE TOUCHART dit :

    TCHAO POLO ON A TRAVAILLE ENSEMBLE TOI SR AUX SPORTS AU COURRIER PICARD ET MOI PHOTOGRAPHE TOUJOURS DE BON HUMEUR AU BOUT DU FIL J AI PLEIN D ANECDOTES EN TETE AVEC TA PASSION POUR LES BELLES VOITURES AMERICAINES SINCERES CONDOLEANCES A TA FAMILLE ET TES PROCHES TCHAO POLO

  9. Fatima Moujahid dit :

    Quelle tristesse !
    Sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

  10. Annette Villedieu dit :

    Je vous présente toutes mes condoléances. Travaillant à la rédaction, j’avais pu apprécier la belle personnalité de Paul-Alexis. Affectée par cette disparition brutale je m’asssocie à votre peine.

  11. Erwan Alix dit :

    Pour avoir côtoyé un tout petit peu Paul-Alexis lors du premier journocamp de Clermont, je mesure la tristesse éprouvée par ceux qui avaient la chance de travailler avec lui au quotidien. Je garderai le souvenir d’un grand défricheur, et d’un homme chaleureux. Je vous adresse toute ma sympathie.

  12. Sylvie MIGNONE - NICE MATIN dit :

    Je suis pronfondément triste.
    Paul-Alexis était une belle personne.
    J’adresse à ses proches et à sa famille mes plus sincères condoléances.

  13. Martine Pesez dit :

    J’ai eu l’occasion de travailler quelques jours avec lui au Berry républicain et j’avais apprécié son professionnalisme, mais également sa grande humanité, sa bienveillance… Et son large sourire !
    J’adresse mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

  14. Laure CORNET dit :

    Je suis de tout cœur avec la famille de PAB et lui présente mes plus sincères condoléances.

  15. François Gille dit :

    PAB, nous ne nous sommes croisés que trop rarement. La première fois en 2013 pour que tu me délivres de précieux conseils pour mon mémoire de master à Sciences Po, puis devant de bonnes tables à échanger sur les nouveaux formats de la presse ou sur la photo, dont tu étais aussi un passionné. Ta curiosité, ta gentillesse, ton humour m’ont marqué, ton départ me choque et me bouleverse.
    Toutes mes pensées affectueuses pour ta famille et tes proches.

  16. Nicolas Faucon dit :

    Toutes mes condoléances et mes souhaits de courage à la famille et aux proches de Paul-Alexis, avec lequel j’ai partagé ces dernières années de bons moments de travail.

  17. Bénédicte SLIWKA dit :

    Brillant, visionnaire, humble, rassurant, passionné et passionnant, pédagogue… Nous aurions toutes et tous été heureux de te côtoyer encore de très nombreuses années. “Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants” Jean d’Ormesson. Mes pensées t’accompagnent, ainsi que tes proches, en ce triste moment. Repose en paix.

  18. Fabrice Guerrier dit :

    Triste de partir à cet âge là !
    sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

  19. anne-gaelle boissonnet dit :

    Sans le connaitre vraiment Paul-Alexis était une personne facile de contact et chaleureux.
    Toutes mes pensées vont à sa famille et ses proches.

  20. Jean-Michel Lahire dit :

    Paulo, nous ne nous sommes croisés que trop rarement, mais ces deux ou trois fois m’ont immédiatement fait comprendre à quel point tu étais quelqu’un de généreux, d’authentique et de passionné. Je suis triste aujourd’hui, et je sais que je ne t’oublierai pas: il y a des rencontres qui marquent, si brèves soient-elles. Je me souviens de ce dîner à la maison, où tu faisait sauter en rigolant mon fils sur tes genoux, et de ta gentillesse de tous les instants l’an dernier au Journo-camp de Clermont. Ton rire et ta bonne humeur vont manquer à beaucoup, beaucoup de monde. Repose en paix Paulo…

  21. Haslin familly dit :

    C’est nul ça Polo ! Tu nous manquais déjà un peu mais là tu nous manque énormément , on ne cesse de penser à toi … Salut mon poussin 😭

  22. Franck Renaud dit :

    Cher PAB,
    À quelques heures de l’adieu et après avoir lu les beaux témoignages de celles et ceux qui ont écrit sur ce mur, se souvenir des mois passés en ta compagnie à ESJ Pro lorsque tu m’as accueilli avec cette générosité naturelle qui était la tienne, ce flegme quasi anglo-saxon, et que tu m’as ouvert les portes des médias divers et variés (et tu accordais la même attention au plus petit titre de PHR qu’aux grands groupes de presse quotidienne, magazine, etc.), détaillant les projets en cours, ouvrant ton carnet d’adresses… Autant te dire que ce fut un vrai bonheur professionnel et personnel.
    Qu’ajouter à l’injustice qui vient de te frapper ? Que je comprends et partage l’immense tristesse de celles et de ceux qui avaient la chance de travailler au quotidien avec toi à Centre France, des ami(e)s que tu laisses dans le plus grand désarroi, avec des pensées pour ces proches et ta famille.
    Et comme tu avais des attaches dans l’Ouest et que l’appel du large ne t’était pas totalement inconnu, je t’adresse un kenavo amical.

  23. Nata Rampazzo dit :

    Je suis bouleversé, c’était un ami et un excellent professionnel…si jeune!

  24. Antonio dit :

    Quelle tristesse de perdre un homme avec de telles qualités humaines et professionnelles
    Tu vas nous manquer
    Mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches

  25. Agnès Briançon dit :

    Salut Polo,
    On s’était croisé au Courrier. Je t’avais découvert et apprécié lors du travail sur la nouvelle formule. Tu étais plein d’idées, tu regardais tellement plus loin que nous, tout en conservant une rigueur de l’information et un respect du lecteur.
    Ta disparition est profondément injuste. Toutes mes pensées à ta famille, tes amis et tous ceux qui ont eu la chance de te côtoyer.

  26. SANDRINE SAINT-CRICQ dit :

    PAB, Merci pour tout ce que tu nous as apporté, ta FORCE tranquille et rassurante nous a guidé sur le chemin du changement. Toujours un mot gentil, bienveillant, à l’écoute. Tu vas tellement nous manquer. En ce moment très douloureux, je me joins à la peine de sa famille et de ses proches et leur présente à tous mes plus sincères condoléances.

  27. Marie-Julie Achard dit :

    Ta gentillesse et tes conseils vont me manquer, les réunions web à Clermont ne seront plus jamais les mêmes. Une étoile s’en est allée. Toutes mes condoléances à ta famille et tes proches.

  28. Geneviève Thivat dit :

    Encore aujourd’hui, il m’est difficile de me faire à cette idée. C’est beaucoup trop tôt. Il était bien trop jeune. Avec sa stature de colosse, il semblait tellement solide. La nouvelle du décès prématuré de Paul-Alexis qui fut, il y a quelques années, et avec bonheur, un de mes très proches voisins à la rédaction, m’emplit d’une grande tristesse. Il nous manquera, c’est certain. Nous ne pourrons l’oublier, c’est sûr.
    Je n’ose imaginer la profonde peine que doivent aujourd’hui partager ses proches et sa famille. Je leur présente à tous mes plus sincères condoléances.

  29. Gerald Holubowicz dit :

    On ne disparaît pas tant que la dernière personne qui se souvient de vous ne disparaît pas également. Nul doute que Paul Alexis survivra dans la mémoire de tous pour encore longtemps et qu’il n’est pas proche le temps où on entendra plus parler de lui. Sa gentillesse, son intelligence et sa joie de vivre sont autant d’inspirations pour ceux qui restent, le cœur serré. Avoir croiser son chemin quelques fois et partagé pas mal de rires avec lui sont de ces privilèges inoubliables. Mes pensées émues à sa famille et à tout ceux qui souffrent de ne plus le croiser.

  30. Laurie Marsot dit :

    Complètement abasourdie. Quelle tristesse. Mes condoléances à sa famille, ses amis et ses collègues.
    Bon courage à tous 😟

  31. Frédéric Petronio dit :

    Nous t’avons connu grâce aux confrères et amis du Courrier picard. Peu de route ensemble finalement. Mais Emmanuelle et moi gardons de toi le souvenir d’un homme sensible, intelligent, à l’esprit plein de finesse. Tu fais partie de ces gens qui deviennent attachants en quelques minutes. Cela s’appelle le charisme. Au plan professionnel, j’ai été bluffé par le décalage entre ton âge et la vision que tu avais des choses. Cela s’appelle le génie. Tu étais un des bâtisseurs de la nouvelle ère de la presse locale et régionale. Cela s’appelle être un guide. Respect et amitiés éternelles Monsieur Polo. Toutes mes condoléances à tes proches.

  32. Thomas Cofflard dit :

    Salut Polo, plus jamais nous ne trinquerons ensemble à la vie et aux amis, ton esprit brillant et enjoué, ton charisme incomparable laissent un vide cruel, tu nous manques déjà. Pensées sincères à ta famille, un câlin dans tes grand bras réconfortants nous ferait du bien..

  33. Catherine Lambertini dit :

    Être arraché à la vie alors qu’elle était devant lui, triste injustice. Aussi douloureux qu’inimaginable pour sa famille et ses proches auxquels je présente mes plus sincères condoléances .

  34. Isaline A. dit :

    Toujours drôle et chaleureux Polex. Qui me taquinait sur mes petites oreilles (va savoir pourquoi, ce souvenir continue de m’amuser). Un super camarade de promo. Je t’embrasse où que tu sois.

  35. Christophe Tellier dit :

    Polo,
    Je reste incrédule face à cette terrible nouvelle. J’entends pourtant si facilement ta voix, celle que j’ai connu bien avant ton visage. Cette voix chaleureuse d’un secrétaire de rédaction qui savait faire les justes critiques, sur le juste ton, même lors de bouclages. Je sentais au téléphone une prestance qui s’est confirmée quand je t’ai (enfin) rencontré.
    Je t’ai ensuite connu personnellement, j’ai vu l’homme au gros coeur, au sourire communicatif. J ‘ai vu aussi l’ami fidèle et j’ai bien compris pourquoi nos amis communs t’avaient choisi comme parrain pour leur aînée.
    Tu es un sacré bonhomme, un homme qu’on oublie pas et promis, on ne t’oubliera pas.
    Toutes mes pensées aux nombreuses personnes qui t’aiment.
    Christophe

  36. Jacques Hardoin dit :

    Toutes mes pensées vont à la famille de Paul-Alexis et à tous ses collégues du groupe Centre-France. Nos routes s’étaient croisées et m’avaient donné l’occasion de mesurer sa joie de vivre et ses qualités professionnelles. Bien trop jeune pour mourrir mon grand.

  37. Carole Eon-Groslier dit :

    “Oui je sais à Riom, vous vous aimez… Mais à part ça ?” Je garderais en mémoire ce besoin insatiable de vouloir comprendre l’indicible… Nos fous rires… Nos échanges décalés et passionnées … Et ce don pour fédérer que tu excercais sans forcer… Au feeling… Au Coeur… Avec ce sens de l’autre qui faisais que tu étais toi. Inestimable. Irremplaçable.
    Tu es parti. Et crois moi, “ça pique”…, comme tu aimais à le dire. Mais nous savons tous que l’on se retrouvera. En attendant, prend soin de toi et inspire nous…. De là haut.

    Carole EG

  38. Mario Pereira Lage dit :

    Paul-Alexis tu es un collègue généreux, bon vivant et très disponible pour tous tes amis et collègues.
    Ton bonjour va me manquer.
    Ton ami Mario te souhaite un très bon voyage.

  39. Gantois Benoît dit :

    Je t’ai pas connu longtemps, juste assez pour me rendre compte de ta gentillesse. Adieu l’ami!

  40. François-Xavier Lefranc, Ouest-France dit :

    Pensée émue pour la famille de Paul-Alexis, pour tous ses amis, pour tous ses collègues.
    Journaliste passionné par les évolutions de son métier, curieux de tout, en éveil sur les évolutions gigantesques du monde numérique, il avançait avec une joie de vivre communicative.
    Pétri d’humanité, de générosité, c’était quelqu’un de bien. Nous ne l’oublierons pas.
    Salut l’ami!

  41. Catherine Cléradin dit :

    Je vous présente mes sincères condoléances. Et vous souhaite beaucoup de courage dans cette douloureuse épreuve.
    Bien cordialement
    Catherine Cléradin

  42. Anne Bourges dit :

    Croiser son chemin aura été un plaisir et une belle expérience. La disparition de ce monument de gentillesse me laisse abasourdie. Toutes mes condoléances à ses proches

  43. Pierre Savary dit :

    Les mots “gentil” et “gentillesse” n’ont cessé de résonner depuis l’annonce du décès de PAB.
    Beaucoup d’autres viennent à l’esprit, “injustice” en fait partie.
    L’ensemble des salariés de l’ESJ Lille s’associent à moi pour présenter à sa famille, ses amis, ses collègues du groupe Centre France, nos plus sincères et émues condoléances

  44. Brice Perrin dit :

    Polo, Polex, Paul-Alexis est parti pour toujours. Je n’ai pas les mots pour décrire à quel point cette perte est une injustice, et une tragédie. J’ai connu Polex en 1998, quand il partageait – et, pour tout dire, animait avec bonne humeur – notre promo des “Com2000” à l’école de journalisme de Tours. Il était déjà le grand gaillard doux et costaud qui a ensuite arpenté les rédactions, et il était déjà pétri de toutes ces qualités : joyeux, chaleureux, enthousiaste, généreux, curieux, gentil, patient, rassurant, humble, empli d’une énergie communicative, passionné et passionnant. Il aimait découvrir, apprendre et, déjà, enseigner aux autres ce qu’il savait – et en dépit de son jeune âge, son savoir épatait. Mais sans jamais prendre les autres de haut (malgré son physique impressionnant !), toujours avec humilité et sans condescendance. Polex était une belle personne, et il l’est resté les 20 années qui ont suivi. Toujours soucieux des autres… j’aurais aimé que la vie elle-même se soucie davantage de lui et de sa santé, que je n’imaginais hélas pas si fragile. C’est lui qui avait créé un forum dédié à notre promo, pour que nous puissions rester en contact à l’issue de nos études de journalisme. Lui encore qui avait créé ce groupe Facebook voici trois ans pour que l’on puisse échanger toutes et tous, à nouveau, et faire ressurgir tous ces souvenirs partagés. Il aimait la presse et le web, évidemment, les voyages et les fêtes aussi, et il donnait tant aux gens… Il y a vingt ans ou voici quelques mois, le plaisir d’échanger avec lui était toujours le même, sa joie, sa passion, sa générosité étaient intacts. Je suis extrêmement triste d’apprendre sa disparition parce que Polo était un bon copain, un homme d’une grande valeur, et que son absence, cette perte incurable, va toucher profondément des centaines de personnes.
    La perspective de ne plus jamais pouvoir entendre ton rire au téléphone, ou ta façon innocente de justifier l’achat d’une nouvelle monture improbable tout en sirotant un verre, est douloureuse. Tu vas me manquer, et je n’oublierai jamais ce que tu étais, et ce que tu m’as apporté. Tu étais si fort, et si doux, avec un coeur gros comme ça, et j’aurais aimé qu’il tienne assez longtemps pour faire de toi un centenaire. Ciao Polo.

  45. Guillaume Lecointre dit :

    Ce soir je me sens infiniment triste. Je t’ai connu en 2009, tu as toujours été un modèle professionnel. Savoir convaincre par l’écoute, c’est tellement rare. Tu vas tellement manquer à la presse, que tu aimais tant, et qui a tant besoin aujourd’hui de personnes comme toi.
    Toutes mes pensées affectueuses à celles et ceux qui ont eu le grand privilège de te côtoyer, et en particulier aux équipes de Centre France et de l’Esj.
    Adieu Paulo.

  46. Clotilde Pruvot dit :

    Polo, je n’arrive pas à trouver les justes mots…
    Alors j’ai regardé tes photos, celles de tes voyages et des magnifiques paysages que tu aimais tant traverser, les photos de nos fêtes et de nos rires (depuis le Courrier Picard été 1999 jusqu’en mars dernier !) et de ton visage en train de nous faire marrer.
    Alors j’ai écouté de la musique, Eddy de Preto, et puis l’algorithme de Deezer a lancé Ne me quitte pas, puis Camille… de la musique forte par sa douceur. Comme toi.
    Alors j’ai marché en forêt et je me suis souvenue du chemin parcouru, depuis que tu m’as remise debout alors que la vie me mettait à terre il y a 6 ans. Combien je suis reconnaissante : ad vitam aeternam ! J’ai tenté de te le dire, mais ta pudeur…
    Alors j’ai relu tes conseils avisés, lorsque j’envisageais un blog, et tes mots : Service. Utilité. Valeur ajoutée. Sexy.
    Tu aurais pu ajouter Générosité pour résumer. Ton énergie et ton amour de notre métier vont encore longtemps m’inspirer !
    Alors j’ai mangé des crêpes. « Douillettes ». Réconfortantes. Comme toi, mon ami de 20 ans.
    Alors j’ai senti que tu nous prenais dans tes bras. Trop fort, mon Polo !

  47. Jean Derycke dit :

    Salut Paul-Alexis Bernard, avec tes trois prénoms… j’avais trouvé que ça comme vanne quand on s’est croisés.
    On s’est vite entendus. Une question de longueur d’ondes. Et d’âmes.
    On aurait pu (dû ) être pote, dans une autre vie. Pas dans celle-ci, qui est une chienne.

  48. Anonyme dit :

    Mon paulA que dire , que d’injustice face à ce qui t’arrives tu es la gentillesse incarnée,ce soir jespere que tous les trains seront à l’arrêt un instant pour toi ,bon voyage dude .

  49. Pierre Chausse dit :

    Où que tu sois, je t’embrasse mon PAB. Tous ceux qui ont eu la chance de croiser ta route savent à quel point tu étais un super mec. Je garderai un souvenir précieux de nos échanges, de nos apéros rue Daguerre, de cette fête mémorable à Metz ou de ta dernière visite au Parisien. Tout mon soutien à tes proches et à tes collègues.

  50. Roland Seguy dit :

    Quelle tristesse, mon PAB.
    Il y a quelques jours, nous avions discuté. J’aimais beaucoup ces discussions avec toi. On savait d’où on partait, on savait rarement où elles allaient nous mener. C’était informel, c’était passionné, ça pouvait parfois partir dans tous les sens… C’était inspirant.
    Ce jour-là, nous avions parlé de tableurs. Anecdotique, sans doute. Mais il était tard, et tu avais pris le temps. Comme tu le faisais toujours. Et c’était un plaisir d’échanger avec toi, toi qui trouvais toujours le moyen de “hacker” un problème qui paraissait insoluble. Avec toujours cette humanité, cette bienveillance et cet optimisme qui convainquaient tous ceux que tu croisais… que tout était possible.
    Ca, par contre, je n’aurais pas cru que ce serait possible. Tu vas beaucoup me manquer, PAB.

  51. CATHERINE barbier dit :

    Une triste nouvelle…. condoléances à toute sa famille… adieu Paulo

  52. Thomas Diévart dit :

    Salut Paulo,
    J’ai mis Dylan en boucle à la maison en pensant à toi.
    Faudra que tu me racontes ton voyage en train. Passe à la maison quand tu peux.
    Adieu camarade.

  53. Annick et Bernard Alais dit :

    Toutes nos condoléances pour ce grand malheur qui vous frappent. Sommes de tout coeur avec vous

  54. Rodolphe Chiron dit :

    Salut Paulo
    On ne dit jamais assez aux gens qu’on aime qu’on les aime ..
    Tu vas manquer à tous ceux qui t aiment et ils sont nombreux
    Tu es parti pour ton dernier voyage, qu’il te soit le plus beau possible
    N’oublie pas de nous faire des photos 😉
    Nous ne t oublierons pas
    Bon vent l ami
    Virginie et Rodolphe

  55. Elodie Legrand dit :

    Je t’ai croisé il y a 10 ans à l’ESJ PRO, j’ai suivi tes aventures à travers les yeux de la personne dont nous partagions la précieuse amitié, je t’ai revu lors de très sympathiques soirées, je me réjouissais de cette collaboration qui se dessinait au sein du groupe, on n’aura pas eu le temps mais tu resteras immensément présent.
    Mes sincères condoléances à ta famille et tes proches

  56. Anonyme dit :

    Son rire, son entrain… Nous manquent déjà et pour toujours.

  57. Héloïse Fauquet Lavogiez dit :

    Une pensée émue pour toi Paulo, l’ami de tous, rassembleur, bon vivant, profondément humain
    Chanceuse d’avoir partagé tous c’est moments il y’a quelques années maintenant

  58. Vandevoorde David dit :

    Des tas d’images me reviennent, c’est dur de te perdre Polo. Une image me restera et c’est pas compliqué : tu souriais toujours alors je vais la garder pour toujours, ça et tes bons conseils, tes mots toujours apaisants, ton écoute. Je t’aime fort mon polo. Toutes mes pensées et mes sincères condoléances à la famille.

  59. Orianne Maerten dit :

    Mon Polo, avant d’être collègues, nous avons été amis, copains de promo. Déjà, tu inspirais le respect, ta parole était d’or et pour autant, tu as toujours su rester simple, humain, accessible, fédérateur. Et solide. Solide comme un roc sur lequel je me suis souvent appuyée. C’est peu dire que tu vas me manquer, que tes épaules solides vont me manquer, que ton rire va me manquer, que tes conseils avisés vont me manquer. Terriblement. Énormément.

  60. Christophe Faqui dit :

    Salut mon Paulo, je n’oublierai jamais nos délires au Courrier Picard.
    Condoléances à sa famille.

  61. Philippe CHAPELLE dit :

    Bonjour à tous. J’ai connu Paul-Alexis à La Montagne. Même si je ne travaillais pas à ses côtés au quotidien, nos entrevues au sein de la rédaction m’ont permis d’apprécier ses qualités humaines et professionnelles, sa douceur bienveillante et son contact chaleureux.
    Je m’associe sincèrement à votre peine et prierai pour vous et pour lui.
    Très amicalement,

    Philippe CHAPELLE
    Journaliste.
    Responsable du service Infographie

  62. Richard Brunel dit :

    Sincères condoléances à tous ses proches et sa famille.

  63. Stéphane Le Barber dit :

    Un confrère très sympathique et avec un sens certain de l’entraide. Mes pensées amicales.

  64. Gautier Lecardonnel dit :

    Je trouve pas les mots mon Polo. Tu resteras un mec inoubliable.
    Soutien à tous tes proches.

  65. Silviane Zambetti dit :

    Triste nouvelle . Sincères condoléances à sa famille.

  66. Marc Uytterhaeghe dit :

    Difficile de croire cette mauvaise nouvelle… Je te revois encore à Wépion (Belgique) en train de nous prodiguer de précieux conseils pendant deux jours de formation intense mais dans la bonne humeur. Tu étais reparti avec quelques bières de Belgique… Je présente mes condoléances à ta famille, tes collègues et amis nombreux à travers le monde. Marc (L’avenir)

  67. Catherine Maggiacomo dit :

    Les mots me manquent encore aujourd’hui pour exprimer ma tristesse. Je garderai le souvenir d’un grand gaillard chaleureux et bienveillant qui bouillonnait d’idées et d’envie de les partager. Toujours le mot pour rire.
    Sincères condoléances à sa famille, ses proches et ses amis.

  68. Claudine Denèque dit :

    PAB, tu nous quittes si tristement…
    Tu nous as tellement apporté : ta vision, ton sens de l’écoute, tes conseils, tes remarques…toujours pertinentes, ta pédagogie pour convaincre, ta grande générosité pour apporter du sens dans tous nos projets et ta bienveillance, tu es la seule personne qui savait définir ce mot avec authenticité. Je n’arrive pas à prendre un post-it sans penser à toi, je sais que j’ai eu de la chance de te rencontrer et tu resteras à jamais gravé dans ma mémoire.
    Repose en paix.

  69. Tatiana Sigris dit :

    Quelle triste nouvelle. Ciao Pab. Sincères condoléances à ta famille.

  70. Julien Kostrèche dit :

    “Journaliste de laboratoire” : c’est ainsi que Paul-Alexis s’amusait parfois à se présenter avec le sens de l’humour qui le caractérisait. Un gars intelligent, généreux et attachant. J’avais toujours plaisir à échanger avec lui. Je n’ose imaginer la peine de ses proches et de ses collègues qui ont appris hier sa disparition brutale à l’âge de 38 ans…

  71. Isabelle Quilbé Da Silva dit :

    J’ai eu la chance de connaître Paulo et de travailler avec lui au Courrier picard. Je garde le souvenir d’un jeune homme profondément gentil et humain, et d’un très grand professionnel. J’ai aussi en mémoire quelques soirées passées avec Santiago, Delphine, Bertrand, Sophie, … Où que tu sois, je t’embrasse bien fort Paulo.

  72. Anonyme dit :

    Il y a une étoile de plus dans le ciel … Plus Admirable et Brillante que toutes les autres.
    Toutes mes condoléances à sa famille et ses proches.

  73. Edouard Reis Carona dit :

    Paulo… cette nouvelle me sidère. Toi le roc, l’infatigable baroudeur, toujours prêt à sauter dans un avion ou un train pour aller piocher une bonne idée à rapporter dans nos rédactions. Tu aimais échanger, partager… comme tous ceux qui aiment au plus profond ce métier. L’innovation est un joli mot que nous avons eu le plaisir de mettre à toutes les sauces dans nos rédactions. Pour imaginer ce qui pourrait être demain. Ou pas.
    Essayer, se tromper, recommencer… On avait tout cela en commun, ce qui faisait de nos discussions de grands moments très utiles.
    J’ai beaucoup de peine. J’aurais tellement aimé que tu reviennes dans l’Ouest que tu as tant aimé. Mais on a jamais le temps de rien
    Grandes pensées pour tes proches et collègues
    Édouard

  74. Ben Den dit :

    Tcho mon Paulo

  75. jean-paul Grand dit :

    Sincères condoléances à sa famille et ses proches.

  76. Eric Moine, Rédacteur en chef dit :

    Au nom de l’ensemble des équipes de L’Echo Républicain, de profondes pensées respectueuses pour ses proches, en espérant adoucir par ce partage un peu de leur douleur, immense, légitimement.

  77. David Guévart dit :

    On n’a pas bossé ensemble personnellement, mais ce contact, personnel, que “PAB” savait instaurer, était d’une grande qualité.
    Il a laissé au Courrier picard d’excellents souvenirs, et une dynamique digitale qui se poursuit, plusieurs années après.
    Il a marqué la profession “presse régionale” aussi, avec des centaines d’heures de formation, des conseils distillés sur les réseaux sociaux, une veille permanente utile à tous… On n’imagine pas son compte Twitter rester muet. Ses deux derniers messages portent toute la convivialité et la générosité du personnage :
    “Bravo encore pour ce #MediaLabSpeedTraining et 1000 mercis pour l’accueil aux amis de @ouestmedialab et @audencia_com @jkostreche @EstellePrusker et toutes les équipes !
    (…) En revanche, je ne vous remercie pas @cyceron et @NicolasBecquet ! Je viens de vérifier mon compteur, j’ai explosé mon quota de biniouses de l’année… (oui j’ai une spreadsheet dédiée à ma consommation de bière)
    Paul-Alexis Bernard
    @PABstream

    Amitiés, “PAB”…

  78. Laurie Moniez dit :

    Voilà une nouvelle difficile à croire. Toutes mes pensées à ses proches.

  79. Nathalie Chiesa dit :

    Je tiens à exprimer toutes mes condoléances à la famille de Paul Alexis Bernard. Je n’oublierai jamais son regard bienveillant lors de mon arrivée ; son écoute précieuse et sa volonté permanente de partager.
    Nathalie

  80. Christel VERNY dit :

    Beaucoup de finesse, de délicatesse et de discrétion… !
    Que ton étoile continue de briller longtemps!

    merciiiii PAB

    Condoléances attristées à sa famille et à ses proches.

  81. Didier Louis dit :

    Au nom des rédactions des journaux l’Union et L’Ardennais, je veux dire ici toute notre tristesse et nos pensées aux proches de Paul-Alexis et de sa famille professionnelle, Centre France. Il y avait chez lui une vision, de la vivacité, de la compétence et, avant tout, de la gentillesse. Autant de qualités qu’il avait mises au service, entre autres, du Courrier picard.

  82. Béatrice Pagnoux dit :

    Des comme toi, on n’en croise pas beaucoup. Que de bons souvenirs lors de tes passages à Pau et après. Quelle richesse d’esprit et de coeur. Ciao PAB.

  83. Carole Gamelin dit :

    Oh mon Paulo. Quel vilain tour tu nous joues là… Immense tristesse. Merci, merci, merci pour tout ce que tu m’as apporté. Ton enthousiasme, ton amitié, ton humour, ton écoute et ta disponibilité. Je pense très fort à ta famille. Et ton autre famille, celle des médias, celle à qui tu as tant donné, qui te pleure aujourd’hui et à qui tu vas beaucoup manquer…

  84. Patrick Rocher dit :

    Même autour de rares occasions, je garderai le souvenir d’un homme charismatique et accessible, qu’on avait plaisir à écouter,
    Toutes mes pensées à ses proches collègues et à sa famille

  85. Erwan Rousseau dit :

    “Pab”, le baroudeur du rail, comment oublier tes conseils avisés en matière de journalisme mais aussi de voyages. Je retiens sans hésiter ta disponibilité, ta bienveillance mais aussi tes chemises à carreaux.

  86. Béatrice CHARVAIS dit :

    C’est avec un gros pincement au coeur, de te dire au revoir PAB.
    Toutes mes condoléances à ta famille.

  87. Nicolas Dumez dit :

    Quelle tristesse. Toutes mes pensées et condoléances à sa famille. Souvenirs émus de nos débuts sur “les Internets” à la fin des années 90 du côté de la Bretagne et de nos retrouvailles régulières au rendez-vous nantais du Ouest medialab. Il va nous manquer.

  88. Emmanuel Blumstein dit :

    Non seulement tu nous avais bien formés, mais visiblement tu étais content d’être parmi nous, puisque le soir tu ne rechignais pas à te joindre à nous, en toute simplicité, pour boire un verre et nous laisser te raconter notre boulot, et parler boulot tout court.

  89. Hervé Paraut dit :

    À Chartres, où nous nous sommes croisés à plusieurs reprises, ou encore au siège clermontois, j’ai eu le plaisir d’échanger et d’apprendre avec ‘PAB’ sur ce fameux monde numérique qui, hélas, ne sera plus le sien. Toutes mes condoléances.

  90. Vania De Oliveira dit :

    C’est vrai, on ne se connaissait pas plus que ça… C’est le Bivouac qui nous offrait le plus d’occasion de rencontres, toujours chaleureuses et amicales. Je garde en mémoire le sourire, les éternelles chemises à carreaux et cette voix grave et si chaleureuse à la fois.

    Hier, quand j’ai appris ton départ, j’étais abasourdie… Et je me disais qu’on n’était pas très proches, que j’aurais aimé mieux te connaître. Mais en lisant aujourd’hui tous ces messages, toutes ces marques d’affection, je me rends compte que tu avais cette capacité à toucher les gens rien qu’en une rencontre… La marque des Grands (et je ne parle pas de tes 2m !!!)

    Hasta la vista PAB ! Et continue de poser sur nous ton regard bienveillant, où que tu sois maintenant…

  91. Kévin Renaud dit :

    Je suis choqué d’apprendre sa mort… Je l’ai connu quand j’étais étudiant à la licence pro journalisme de proximité à Vichy où il était intervenu pour parler du développement du numérique dans le journalisme et de l’utilisation journalistique des smartphones. Il m’avait aussi fait l’honneur d’être l’invité d’une émission de radio que j’avais présenté sur RCF Allier où il a apporté son éclairage d’expert du numérique à La Montagne. Je garde le souvenir d’un homme affable, très aimable et bon pédagogue. Mes pensées vont à tous ses proches.

  92. Julien Bonnefoy dit :

    Au nom de la rédaction et des salariés de l’Eveil, nos plus sincères condoléances à sa famille et ses proches.

    PAB, tu vas nous manquer, beaucoup, énormément, à la folie…

    Personnellement je n’ai pas eu le temps de te dire tout ce que tu m’as apporté professionnellement et humainement. C’est immense concernant la révolution et la culture digitale dans nos rédactions. J’attendais avec impatience nos réunions pour pouvoir échanger et me nourrir, te bombarder de questions auxquelles tu répondais avec franchise, pragmatisme, générosité et chaleur humaine. Toujours. Tu m’as appris à réfléchir différemment.
    S’il ne fallait garder que deux choses que tu répétais inlassablement : “avoir de l’empathie pour les lecteurs” et raconter “de bonnes histoires”.
    Promis, on va creuser…
    RIP Dude.

  93. Cécile Hautefeuille dit :

    Pab…J’adorais discuter avec toi, bosser avec toi, blaguer avec toi. Toujours souriant, toujours bienveillant et surtout, toujours positif. “On va y arriver”, “ça va le faire”, “on y croit”. Tu vas manquer, tellement manquer. Je n’arrive pas à croire que je ne te verrai plus, à Clermont ou Montpellier et que tu ne m’appelleras plus “Dame Kékile”. La p’tite dame pense fort à toi et à tes proches.

  94. Thierry Dupièreux dit :

    De tout coeur avec vous. Paul-Alexis était venu dans notre rédaction à L’Avenir, en Belgique, pour partager son expérience. C’était un grand professionnel et un bon camarade.

  95. Justine Lhoste dit :

    Ah PAB…
    On s’est seulement croisés mais tu es de ces personnalités qui marquent, et à qui on s’attache tellement vite. J’entends encore ton rire, qui résonnait dans les couloirs du Bivouac à chacun de tes passages. Je garderai précieusement les quelques pages de carnets noircies de tes conseils bienveillants. Promis, j’arrête de balayer la salle du regard quand je prends la parole en public.
    La bise, et merci pour tout !

  96. Ysis Percq dit :

    On passe nos journées à rédiger des kilomètres de mots, mais ceux-là sont trop pénibles à écrire.
    “Hacker le journalisme”, “Toujours dispo”, “Allez chiche, on numérise tout le process”, “Et si on testait ce format”… Pab, grâce à toi – et ta chemise à carreaux ! -, les élèves de la Centre France Académie iront toujours plus loin que ce que je leur apprends.
    On te promet de ne jamais nous reposer sur nos lauriers et d’innover, de se planter, de recommencer. Merci à toi Pab.

  97. Nadia Chater dit :

    Une belle rencontre, deux jours de formation dans la bonne humeur. Tu as marqué nos esprits, à la rédaction de l’Avenir. De tout coeur avec les confrères français.

  98. Marc Bombarde dit :

    Pour les journalistes de L’Equipe, Paul-Alexis restera celui qui les a initiés aux réseaux sociaux en 2012 avec talent, patience et bienveillance.
    Organisateur perfectionniste, compagnon délicat, nous nous sommes retrouvés entre amis quelques jours en Russie cet hiver. Il avait tout préparé et veillé sur nous comme un grand frère attentif et cultivé.
    38 ans, c’est bien jeune pour s’effacer. Il va manquer.
    Je m’associe à la peine de ses proches.

  99. Christelle Brooks dit :

    Encore une triste nouvelle… Toutes mes condoléances vont à ses proches et sa famille professionnelle.

  100. Cédric Gourin dit :

    Au nom des femmes et des hommes qui composent les équipes de La République du Centre, à Orléans, profondément émus et bouleversés par la tragique disparition de Paul-Alexis, je vous présente mes plus sincères et attristées condoléances.
    “Les morts sont les invisibles, mais ils ne sont pas les absents”
    Cédric Gourin
    Rédacteur en chef de La République du Centre

  101. Arnaud Wéry dit :

    Mon PAB,
    Tu fais partie de ces rencontres marquantes dans une vie.
    T’es parti mais tu laisses plein de souvenirs que je conserve bien au chaud.

  102. service photo/vidéo dit :

    Ta passion de l’image nous a accompagnés tout au long de ta mission parmi nous. Dans ce moment de profonde tristesse, l’ensemble de l’équipe photo/vidéo adresse toutes ses sincères condoléances à ta famille et à tes proches.

  103. Géraldine Marcon dit :

    Salut à toi Pab, et merci pour tout, des comme toi on n’en croise pas beaucoup… Sincères pensées à tes proches

  104. Jean Stern dit :

    Cher PAB
    Nous nous étions rencontrés car nous partagions ensemble la passion de l’innovation en presse et en journalisme, avec différents angles toi et moi. A Auxerre pour l’Yonne Républicaine, nous avions concocté il y a quelques années un programme de formation avec Soizic, et depuis à chacune de nos rencontres, nous ne pouvions pas nous empêcher de décortiquer la situation des médias. Tu aimais savoir ce qu’il avait “sous le capot”, j’aime comprendre comment les choses se font. A Montréal, ou nous étions au printemps 2017 pour nos boulots respectifs, tout t’amusait, de l’appli des taxis électriques en coopérative au retour aux sources des peuples autochtones du Canada. Tes rencontres et les miennes s’enrichissaient de nos points de vue, ton sujet et le mien se complétaient, car l’un comme l’autre il nous fallait savoir les + et les – avant de partager. Tu étais un boulimique du “comprendre” Paul-Alexis, et cela explique beaucoup ton charme et ta culture. On ne s’ennuyait jamais en discutant avant toi. Tu étais un ami pour nous, fidèle, attentif, prévenant. Ta grande carcasse était l’écrin de ta grande délicatesse. Déjà tu nous manques, et pour longtemps.

  105. Jérémie Clévy dit :

    C’est pas vrai ??!! Je ne veux pas croire à la disparition de PAB. Immense tristesse. Condoléances à ses proches.

  106. Les élèves de Centre France Academie 2 dit :

    L’ensemble de notre promotion, qui doit beaucoup au travail et à l’investissement de Paul-Alexis Bernard, souhaite adresser ses plus sincères condoléances à sa famille, ses amis, ses collègues et ses proches collaborateurs.

    “À partir d’aujourd’hui vous êtes journalistes.” C’était quelque chose d’entendre cela de la bouche de “PAB”, alors qu’on mettait tout juste les pieds au sein de la grande maison Centre France. Nous n’étions pas forcément tous à l’aise en cette rentrée. Pourtant, une personne nous a immédiatement facilité l’intégration. C’est lui.

    “Vous vous apprêtez à faire le plus beau métier du monde”, c’est avec ces mots que tu concluais notre première semaine d’aventure. Ce sont ces mots que nous continuerons d’honorer tout au long de la formation. Cette formation que tu portais fièrement et pour laquelle tu nous as choisis.  

    Du haut de nos faibles expériences dans ce métier formidable, nous te disons simplement Merci.

  107. Les élèves de Centre France Academie 1 dit :

    “En nous levant ce matin, jamais nous n’aurions pu imaginer la nouvelle qui nous attendait. Jamais nous n’aurions pu penser que toi, tu puisses nous quitter. Nous ne te connaissions pas bien, et depuis peu de temps.

    Tu nous as malgré tout, par ton entièreté, donné les clés pour te connaître un peu mieux. Tu as été journaliste, tu as été notre référent, et nous, nous avons été ta marmaille, à te mener parfois la vie dure. Mais tu nous as surtout donné une image d’humilité, tu nous as fait grandir en nous apportant ton expérience, tes idées et ta bienveillance.

    Le fait qu’une telle présence, une telle personnalité s’évanouisse ainsi, laisse un vide dans notre classe, un projet que tu as participé à construire. Néanmoins, tes conseils et ton exemple continueront à vivre parmi nous. Nous pensons pouvoir te le dire sans rougir, sans puérilité, tu vas nous manquer. Et nous espérons que de là-haut, tu seras fier de nous.

    Bon voyage PAB.”

  108. Maxence Petitjean dit :

    Bien triste.. Bye « dude »..

  109. Damien Caillard dit :

    Grande tristesse hier en apprenant la nouvelle. Paul Alexis était très compétent et apprécié. Même si nous ne faisions que nous croiser depuis 2 ans, c’était toujours avec plaisir.

  110. Karine POUMEROL dit :

    En ces moments si douloureux, j’adresse mes plus sincères condoléances à toute sa famille.
    Beaucoup de courage également

  111. Dominique Seilliébert dit :

    Une grande tristesse de savoir qu’un collaborateur si jeune disparaît.
    Toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches.

  112. Sarah Douvizy dit :

    Les mots sont difficiles à trouver…
    Sa sympathie, sa bienveillance, son professionnalisme, son entrain… vont nous manquer. Vraiment.
    Mes sincères condoléances à sa famille.

  113. Matthieu Toussaint dit :

    Cher PAB, tu avais le voyage jusqu’à Saint-Lô pour qu’on se rencontre. La richesse de nos échanges, ton bel intérêt pour le projet de La Manche Libre avaient témoigné de ta grande bienveillance et de ta passion professionnelle. Ton départ aussi tôt sonne comme le glas dans les campagnes du journalisme. Toute la profession va te pleurer.

  114. Mathieu Maire du Poset dit :

    Oh merde. Quelle triste nouvelle. Un vrai plaisir d’avoir pu le croiser, pensées à ses proches.

  115. Marie Claude Chalaphy dit :

    Un coeur qui se brise, des yeux qui se ferment, mais un sourire qui ne s’effacera jamais. J’adresse toutes mes condoléances à sa famille .

  116. Jean-François MARCILLIERE dit :

    Je garderai le souvenir d’un homme plein de gentillesse et de bienveillance, à l’esprit vif et à la curiosité aiguisée.
    Sa bonne humeur et son regard complice vont nous manquer.
    Sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

  117. Muriel Grelet dit :

    Nous avons perdu plus qu’un collègue de travail : une très belle personne qui a su faire unanimité autour de lui : son savoir être, sa culture, son dynamisme et son sourire vont nous manquer.
    Sincères condoléances à toute la famille de Paul Alexis

  118. Catherine Lopes dit :

    Une bien triste nouvelle.
    Sincères condoléances à la famille et aux proches.

  119. Guillaume Blanc dit :

    Hey Dude
    Arrête tes conneries et revient inventer le monde de demain !

  120. Philippe Ferreira dit :

    Un tellement grand bonhomme ! Gros bisous mon PAB je t’aime

  121. Carl Dechâtre dit :

    Toutes mes condoléances. A la famille et aux proches.
    Je garderai le souvenir d’un garçon chaleureux et plein d’humour.
    Quelle tristesse

  122. Bertrand Meinnel dit :

    Kenavo Paulo
    Trop à en dire et de riches souvenirs pros et humains en Picardie et en Bretagne pour de longues phrases.
    Tu nous manques.

  123. Thomas Derais dit :

    Un immense choc. Même ce soir, je ne trouve pas les mots. Toutes mes condoléances à la famille de PAB et à tous ses amis.

  124. Nicolas Gurgand dit :

    Je n’ai pas plus de mots que les autres, et ceux que j’ai ne sont pas différents.
    Hommage à un grand professionnel, subtil, bûcheur et rieur.
    Et une grande grande tristesse devant cette injustice.

  125. Marc Capelle dit :

    Nouvelle brutale tombée ce matin. PAB dégageait cette force tranquille qui rassure. Partir si jeune… une injustice. Je m’associe à la peine de ses collègues et j’adresse ici mes condoléances attristées à sa famille, à ses proches.

  126. Chantal Pétillat dit :

    Sous le choc. On avait encore tant d’histoires à écrire, tant de soirées à venir pour imaginer demain, tant de franches poilades à partager. Tchao PAB.
    Sincères condoléances à tous ceux qui t’aiment.

  127. Anne Pouchol Soulier dit :

    Quel choc, Quelle journée douloureuse, Que de tristesse, …
    Je n’arrive pas à réaliser.
    Ta bienveillance, ta gentillesse, ton rire, tes idées, ton professionnalisme …. vont beaucoup nous manquer. TU vas nous manquer.
    Très sincères condoléances à sa famille.

  128. Antoine Busnel dit :

    Abasourdi.

  129. Clair Gilberte dit :

    Sincères condoléances à la famille.

  130. Vincent Thomas dit :

    Brutale et injuste nouvelle. Sincères condoléances.

  131. Anonyme dit :

    Très triste nouvelle…
    une grande personnalité, merci à toi PAB pour les quelques échanges enrichissants que nous avons eus
    Toutes mes condoléances à sa famille et ses proches

  132. Jean-Bernard Cazalets dit :

    Mon Paulo, nos chemins s’étaient croisés à la rédaction Ouest-France de Caen un été, il y a bien longtemps. Tu effectuais alors ton stage d’école chez nous. Deux mois de travail intense le jour, de franches rigolades le soir aux Quatrans… Et une soirée mémorable dans ta maison familiale du quartier Saint-Paul, avec toute la troupe caennaise. Depuis, nous nous sommes revus une fois ou deux, jusqu’à nous retrouver l’an dernier pendant plusieurs jours au Canada pour un voyage de travail fort instructif. Une nouvelle fois, de chouettes moments avec le groupe et ta passion chevillée au corps. La maison Ouest-France, notamment sa branche caennaise, te pleure ce soir. Je t’embrasse fort mon Paulo.

  133. Raphaël Poughon dit :

    Grand gaillard, belle âme, au coeur aussi gros que fragile. C’est dur. Quel vide, déjà.
    Les “con-doléances”… En amoureux des lettres que tu étais, tu sais bien que ça veut dire “avoir mal avec…”. Tu n’aimerais pas qu’on souffre. Bon, pour l’instant, pas trop le choix, on a vraiment mal. On t’aimait fort, tu sais.
    Mais promis, on souffrira pas trop longtemps. Pour toi. Par mémoire à ton élan mobilisateur, ta passion de ce métier que tu voulais voir grandir, tes idées éclairées par une écoute entière et une empathie sincère.
    Alors, oui, on va faire corps, mon bon PAB. “Paul, Alexis, Bernard, on est trois à l’intérieur”. Sûr qu’il était riche ton intérieur. On t’aime et on t’emporte avec nous.

  134. Nicola Edge dit :

    Je ne te connaissais pas si bien Paul-Alexis, mais cette nouvelle m’a beaucoup attristée. Je mesure tous les chemins parcourus dans ce métier de journaliste où tu as fait beaucoup de choses dans une vie bien trop courte. Je retiens un regard aiguisé et beaucoup d’attention et de justesse.
    Mes plus sincères condoléances à sa famille et tous ceux qui l’aimaient.

  135. Marie-Claire PARRA dit :

    Quelle triste journée.
    Mes plus sincères pensées à sa famille et ses proches.

  136. Edouard Ballureau dit :

    Bonsoir,
    Bien triste nouvelle pour quelqu’un de si jeune.
    Je n’ai pas eu l’occasion de le connaître mais ne peux m’empêcher d’avoir une pensée sincère pour ses proches.
    Sincères condoléances.
    Ballureau Edouard

  137. Charline Speziale dit :

    PAB, c’est avec une immense tristesse que j’ai appris ta disparition. Ta personnalité unique nous manquera énormément. En ce moment difficile, toutes mes pensées vont vers ta famille et tes amis. Repose en paix.

  138. Laura dit :

    “Hey Dude”,
    À toi Pab…

    Devant ce douloureux coup du sort, je suis à la fois triste et décontenancée… J’aurais encore tellement de sujets à partager avec toi, mais aujourd’hui les mots me manquent.
    Je n’arrive pas à croire que je suis en train de t’écrire pour la dernière fois, qu’il n’y aura plus de discussions inopinées sur les marches, d’échos de ton rire au détour d’un café !

    Ta feuille de route se traduisait par ton sourire, ta joie de vivre, ton optimisme, ton sens critique, ton franc-parler, tes convictions, ta simplicité, ton engagement, ton humour…
    Alors tout simplement, merci d’avoir croisé notre chemin il y a 4 ans. Tu laisses un vide immense, humainement et professionnellement.

    Mes plus sincères condoléances à ta famille, tes amis, tous ceux qui t’aimaient..

    Et comme tu le disais si bien – À tute

  139. Cyril Petit dit :

    Mon cher PAB,
    je garderai le souvenir de tes conseils avisés, de ton engagement pour ce beau métier, de ton rire. De ta profonde humanité. Le souvenir de longues discussions sur le journalisme à Metz, à Tours, à Lille, à Paris. “Jeune homme” disais-tu souvent. Tu étais si jeune, toi aussi, mais sur tes épaules, on sentait une expérience bien plus mature. Tu vas nous manquer. J’adresse mes plus affectueuses pensées à ta famille, à tes proches, à tes collègues, à tes amis. Salut Paul-Alexis !

  140. Christelle Léon dit :

    Quelle triste journée !
    Tu étais une personne gentille, à l’écoute des autres et aussi un grand bosseur.
    Toutes mes pensées vont à ta famille et à tes proches.

  141. ZEIMET Stéphanie dit :

    C’est avec une grande tristesse que j’ai appris la disparition de Paul-Alexis Bernard. J’ai eu un grand plaisir à travailler à ses côtés. Puissent mes sincères condoléances apporter un peu de réconfort à sa famille et ses proches.

  142. Santiago Richard dit :

    Amigo de siempre
    no te olvidare

  143. Alain CHERASSE dit :

    Bonjour,
    dans un moment aussi difficile ,je viens vous présente mes plus sincères condoléances.
    Courage à tous .

    Cordialement

  144. Véronique Buchet dit :

    Stupeur et tremblements en cette si triste journèe.
    Un ami, un complice, IPab tu vas tellement me manquer.
    Toutes mes pensées vont à tes proches et tout particulièrement à ta maman. Quand tu saisissais ma valise pour la porter, tu me disais toujours que c’est elle qui te l’avait appris. Tout toi, gentillesse, élégance, goût des autres, bosseur de l’extrême.

  145. Marie-Hélène MARQUES dit :

    Je m’associe au Groupe pour présenter mes sincères condoléances à sa famille. J’ai apprécié travailler avec lui pendant les labs. Trop jeune pour partir…

  146. Jean-Michel Benet dit :

    Une nouvelle bien triste et brutale. Mes plus sincères condoléances.

  147. Magalie LOUVEAU dit :

    Sincères condoléances. Mes pensées vous accompagnent.

  148. Maxens Lonchambon dit :

    Cultivé, passionné, passionnant, doté d’un esprit vif et ouvert, P.A.B était un homme d’une extrême gentillesse qui aimait le partage.
    Il fait partie de ces gens qui comptent et que l’on est heureux d’avoir eu la chance de croiser.
    Tu vas nous manquer.
    Très sincères condoléances à toute sa famille.

  149. Laurence Bouleau dit :

    Il va nous manquer.
    Mes plus sincères condoléances.

  150. Jérémie Sabot dit :

    Toujours un mot sympa, toujours une pensée juste. Beaucoup de tristesse aujourd’hui.
    Toutes mes pensées vont à ta famille.

  151. Eric VINAY -ESJ PRO dit :

    Incroyable, brutale, insupportable, la disparition de PAB.
    Depuis son entrée dans le Groupe, à ESJ PRO, puis à Centre France, PAB c’était la bonne humeur, l’envie de faire, de bien faire avec une idée à la minute.
    PAB, c’était une énergie débordante, enrobé d’un sourire, une énergie communicative, interrogative, sans concession.
    PAB, c’était surtout un « bon camarade », c’est comme cela que l’on s’appelait.
    PAB, c’était quelqu’un de bien qui va énormément nous manquer.

  152. Vincent Robinet dit :

    C’est une belle nature qui disparaît si soudainement. Les quelques contacts que j’ai pu avoir avec Paul-Alexis lors de ses passages à Auxerre me laisseront le souvenir d’un homme d’une grande bonté.
    J’adresse toutes mes condoléances à la famille de Paul-Alexis.

  153. Matthieu Perrinaud dit :

    A la douleur du départ se mêle l’injustice de sa précocité. Les mots sont vains, aujourd’hui.
    Très sincères condoléances à sa famille et ses proches.

  154. Benjamin Gardel dit :

    On n’aura jamais pu partager cette fameuse caïpirinha au Brésil en 2014 ou dans le Berry. Heureusement, on avait pris de l’avance en Picardie… Toutes mes condoléances à sa famille.

  155. Laure Parny-Biet dit :

    Paul-Alex, tu avais toujours fait le lien entre les gens de notre promo, à qui tu offrais conversations passionnantes et sourires. Ton regard sur notre profession m’a toujours paru très juste et te retrouver était chaque fois un plaisir.
    On ne t’oubliera pas.

  156. Romain dit :

    Tu avais l’habitude de m’appeler jeune homme, alors que j’avais quelques années de plus que toi. Autant dire que ta disparition raisonne comme un choc. Partir si tôt quand on a tant donné et partagé. Ne pas pouvoir profiter de la vie alors que le meilleur nous tend les bras. Tu aimais raconter de belles histoires et tu avais commencé à en écrire de magnifiques depuis ton arrivée. Tu vas laisser un vide immense humainement et professionnellement. Repose en paix mon PAB :(

  157. Pierre Vignaud dit :

    Sincères condoléances à ses proches et à nos confrères de La Montagne. Avec vous dans cette épreuve. Amitiés.

  158. Annie dit :

    Professionnel, généreux, bienveillant… Partir si tôt, que la vie est injuste.
    Ton énergique “Salut Annie” du matin me manque déjà. Salut PAB !
    Toutes mes pensées à sa famille et à tous ses proches.

  159. COUTAREL Martine dit :

    Bien triste nouvelle.
    Je garderai le souvenir de ta bonhomie et de ta bonne humeur.
    Repose en paix.
    Mes sincères condoléances à sa famille et ses proches.

  160. Jean-François Lerma dit :

    Quelle triste nouvelle, j’ai eu la chance d’échanger et de partager quelques moments avec PAB, c’était une personne brillante, très humaine et pleine d’humour. Il nous quitte beaucoup trop tôt … Sincères condoléances à sa famille et ses proches.

  161. Laure Merchet dit :

    C’est une immense tristesse et un choc d’apprendre le décès brutal de Paul-Alexis. Je garderai en mémoire son enthousiasme, sa bienveillance et l’intérêt qu’il portait au monde qui nous entoure. Toujours débordant d’idées à partager, il va nous manquer.
    Une pensée pour tous ses proches, amis et collègues ainsi que sa famille.

  162. Nathalie Ivanowich dit :

    En ces douloureuses circonstances,
    puissent ces quelques mots vous témoigner ma profonde sympathie et mes tendres pensées
    Une belle personne s’en est allée… c’est injuste!
    Avec toute mon amitié,

  163. Pierre Savary dit :

    L’ensemble des salariés de l’ESJ Lille se joignent à moi pour adresser nos plus sincères condoléances à toutes vos équipes, à tous ceux qui ont côtoyé Paul-Alexis.
    C’est le cas de beaucoup ici, nous avions plaisir à rencontrer un professionnel exigeant, souriant. Nous mesurons la peine et la tristesse que vous devez tous ressentir.
    Soyez assurés de notre amitié,

  164. Jean-Baptiste Allemand dit :

    J’ai connu Paul-Alexis lors de mon passage au Courrier picard et à Centre-France, et j’ai apprécié nos contacts professionnels. Toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches.

  165. Marion Bérard dit :

    C’est avec stupéfaction que j’ai appris la nouvelle du départ bien trop tôt de PAB. Je garde un souvenir de nos échanges lors de plusieurs lagons mais aussi de rencontres fortuites dans l’Yonne qu’il appréciait. Mes pensées vont vers sa famille et ses proches.

  166. Stéphanie Verger dit :

    A des années d’écart, nous avons fréquenté les mêmes “maisons” : l’IUT de Tours d’abord, La Montagne ensuite… Nous avions beaucoup discuté journalisme et digital lors de nos rencontres, à Paris et pour les 50 ans de notre école de journalisme commune. J’étais admirative de ta bonhommie et de ton professionnalisme. Ta disparition brutale est un choc. J’adresse toutes mes condoléances à tes proches et ta famille.

  167. Loetitia Pinthon dit :

    Triste nouvelle ce matin. Trop jeune pour partir. Toutes mes pensées et mes sincères condoléances à sa famille et ses proches.

  168. Parant Marie-Catherine dit :

    Je garderai l’image d’une personne pétrie de bienveillance.
    Toutes mes pensées les plus sincères à sa famille et ses proches en ce moment terriblement douloureux.

  169. Pierre Dumas dit :

    Quel choc en ouvrant ma boîte mail ce matin… Ta voix gave et chaleureuse, ta bonne humeur et ton humour nous manqueront terriblement désormais quand nous arriverons en réunion à Clermont le matin. Salut PAB et merci pour tout ce que tu nous as apporté. Mes sincères condoléances à ta famille et à tes amis.

  170. Dugne Rémi dit :

    Sincères condoléances à sa famille et à ses proches… Paul-Alexis était un très bon professionnel qui savait ne pas se prendre trop au sérieux ! Adepte de la hiérarchie horizontale, Paul-Alexis savait écouter et échanger sur les projets professionnels de chacun en toute décontraction. Il laissera une empreinte, au sein du groupe, synonyme d’ouverture et d’expérimentation chère à sa mission pour l’avenir de notre journal.

  171. Sandrine Chauvet dit :

    Bien que je ne le connaisse pas plus, j’ai une pensée pour ses proches, c’est un bien triste jour, sincères condoléances.

  172. Fondation Varenne dit :

    La Fondation Varenne s’associe à la profonde peine de tout le groupe Centre France à la suite du décès brutal de Paul Alexis Bernard, journaliste et responsable des projets digitaux. Habitué de nos locaux parisiens, nous croisions toujours avec grand plaisir sa bonne et apaisante silhouette.
    Son visage empreint d’un éternel sourire, son empathie , sa disponibilité et ses conseils avisés nous manquent déjà.
    Paul Alexis s’en est allé. Définitivement. Jamais nous n’aurions imaginé devoir un jour lui dire adieu.
    Nous nous associons à la douleur de sa famille et de ses proches.
    La Fondation Varenne ce matin est malheureuse.

  173. Blocher Klaus dit :

    Nous perdons un excellent collègue et un brillant professionnel, je dirai même un visionnaire.
    Aux noms de CFL et CF2D je souhaite présenter mes sincères condoléances à sa famille et à tous ses proches.

  174. Isabelle Seguin dit :

    Sincères condoléances à sa famille et à ses proches. C’est un bien triste jour.

  175. Milekovic Maude dit :

    Le message reçu ce matin me laisse abasourdie, triste, sans mots. Impossible d’accepter cette terrible information. À 38 ans, ton départ semble tellement irréel, injuste ! Je t’ai connu en 2010, à Metz, et nos chemins n’ont cessé de se croiser ensuite. Nous avions fait la même école de journalisme, et ton entrée dans le groupe Centre France en 2012 a été une nouvelle pleine de promesses. Dans une période un peu trouble, tu as été un guide, un repère solide et humble, chaleureux et rassurant, toujours de bon conseil. Tu savais écouter, attentif au monde qui nous entoure, et on savait en retour qu’on pouvait compter sur toi humainement comme professionnellement. En quelques années tu as fait beaucoup, et tout restait à faire. J’en suis sûre, tu aurais pu encore nous emmener plus loin, en douceur comme tu savais le faire, avec cette conscience claire que tu avais des enjeux de notre profession… Puissions-nous mener la barque à bon port, à ta mémoire. Tu vas nous manquer. Sincères condoléances à ta famille, à tes amis, à tous ceux qui t’aimaient.

  176. Marianne Laveau dit :

    Quelle tragédie, toutes mes pensées et prières accompagnes sa famille, ses amis et collègues.

  177. Véronique ROCHETTE dit :

    Je perds un collègue d’une rare bienveillance.
    Son absence laissera un grand vide.
    Que ce jour est triste !
    Toutes mes pensées vont vers ses proches

  178. Dépalle Philippe dit :

    Les mots manquent… On pense à ta famille, à tes proches. Et à tous ceux qui ont travaillé à tes côtés. Tu est parti si vite, trop tôt. Mais tu as laissé beaucoup de toi dans toutes les rédactions du Groupe. Dans la feuille de route éditoriale, le plan Lecteur d’abord. Le moins que l’on puisse faire, aujourd’hui, c’est de tenir les engagements que nous allons prendre avec nos lecteurs. Nous ferons tout pour Paul-Alexis, c’est une promesse.
    En ces douloureuses circonstances, nous adressons à tes proches – Jean-Philippe Bertin, tous les salariés du Journal du Centre et moi-même-, nos plus sincères condoléances.

  179. Jeremie Fulleringer dit :

    C’est avec une grande tristesse que j’ai accueilli la nouvelle de la disparition de Paul-Alexis. Je garde le souvenir de nos échanges sur le métier, mais aussi sur nos voyages. Un homme d’une grande gentillesse, au large sourire. Mes plus sincères condoléances à sa famille et ses proches amis.

  180. Serge Bonjean dit :

    Prenant part à votre douleur, je vous présente mes sincères condoléances, à vous et à votre famille

  181. Laurent Bernard dit :

    Sincères condoléances. J’ai d’abord connu Paul-Alexis comme un remarquable formateur, puis comme un collègue brillant.

  182. Mélanie Chaluleau dit :

    Je suis terriblement choquée par cette mort brutale. PAB, c’était un peu comme un mentor. Si je suis formatrice à l’ESJ et si vous m’avez déjà vue dans les couloirs de Centre France, c’est en partie grâce à lui. C’était quelqu’un de profondément humain, sympa et un très très bon professionnel.
    Toutes mes condoléances à la famille et à ses proches.

  183. François-Xavier Bijon dit :

    Bien triste nouvelle.
    Paul-Alexis nous quitte bien trop tôt. Je garderai de lui le souvenir d’un remarquable professionnel des médias et du digital qui aura su insuffler son dynamisme à tous les étages de notre groupe. Mes plus sincères pensées à la famille et aux proches.

  184. Laurence Legrand dit :

    Triste et terrible nouvelle. Toutes mes sincères condoléances à sa famille et ses proches.

  185. Nathan Sportiello dit :

    C’est avec une grande tristesse que j’apprends la disparition de Paul-Alexis, que j’ai pu rencontrer à plusieurs reprises lors de mon passage à La Montagne à Clermont-Ferrand, ainsi qu’à l’ESJ Pro. Toutes mes pensées vont à ses proches.

  186. GANDEBOEUF Xavier dit :

    Une rencontre exceptionnelle que je n’oublierai jamais
    Sa bienveillance et son humour vont beaucoup me manquer
    Toutes mes condoléances à sa famille
    Repose en paix dude … :'(

  187. JOFFROY-BUAN Marie-Hélène dit :

    Toutes mes sincères condoléances !

    J’ai eu l’occasion et la chance de pouvoir échanger avec P.A.B !
    C’était toujours un plaisir de voir avec quelle bienveillance et quelle générosité il s’adressait aux autres, tout en transmettant ses conseils et astuces avisés.

    Je suis ravie d’avoir pu croiser sa route.

    Bien sincèrement.

  188. rousseau philippe dit :

    jeune et sympathique. Agréable et receptif. Sincères sentiments à toute sa famille.

  189. HUGUET NATHALIE dit :

    PAB, avec ta silhouette reconnaissable entre toutes, tu habitais l’espace.
    Chaleureux, charismatique, curieux, tu savais parler de tout et de rien, des doudous de l’enfance au dernier tweet de Trump.
    Attentif aux autres, tu te nourrissais de la vie et t’enrichissais de partage.
    Je garderai le souvenir d’un homme simple, d’une grande gentillesse ; et d’un professionnel bienveillant, à l’écoute, toujours prêt à dispenser son savoir, en toute humilité.
    Merci d’avoir partagé ton temps et ton expérience avec le Groupe. Tu vas nous manquer.
    Repose en paix.

  190. Julien Jégo dit :

    Paul-Alexis a été mon premier contact avec Centre France et m’a permis d’intégrer le groupe en 2016. Je garde le souvenir ému d’une personne avenante et toujours prête à partager ses expériences et sa bonne humeur. Il nous manquera. Mes pensées vont vers sa famille et ses proches.

  191. Ratinaud Pascal dit :

    Deux sentiments m’animent en ce douloureux moment. La stupéfaction d’abord de voir partir un homme si jeune ; une grande tristesse ensuite à l’idée de ne plus revoir ce compagnon de route qui depuis son arrivée dans le groupe Centre-France avait apporté toutes les compétences du grand professionnel qu’il était, servies avec la bienveillance et humilité d’un vrai gentil.
    Tu venais de donner beaucoup dans le projet “lecteurs d’abord” qui nous anime, nous les journalistes. En ta mémoire, nous mettrons encore plus de coeur à le porter.
    Nous pensons à toi mais aussi à tous tes proches que tu as quittés bien trop tôt. Mes plus sincères condoléances à sa famille et ses proches amis.

  192. Vergeade Stéphane dit :

    Pour avoir souvent travaillé avec Paul-Alexis, je conserve un souvenir affectueux et ému. Par ailleurs, au nom de l’ensemble des salariés de l’Yonne Républicaine, une pensée sincère et tout notre soutien en ce moment douloureux.
    Stéphane Vergeade
    Rédacteur en chef de L’Yonne Républicaine

  193. Guillaume Frixon dit :

    Paul-Alexis ou l’illustration parfaite de la bienveillance…
    Tristesse et tendres pensées pour ses proches…

  194. Giraud Valérie dit :

    Tendre pensée à sa famille.

  195. Golfier Alizée dit :

    Toutes mes pensées vont vers vous en ces terribles moments. Toutes mes condoléances.

  196. SENOUVO Kpadé dit :

    C’est avec beaucoup d’amertume que cette triste information nous a été transmise ce 25/10/2018.
    Les mots manquent hélas pour traduire la douleur ressentie, surtout vous, proches et famille de Paul-Alexis.
    Veuillez recevoir mes pensées les plus tendre dans cette épreuve si subite.

  197. BORTOLUSSI CHRISTINE dit :

    J’adresse toutes mes condoléances à sa famille.

  198. PETIT Nadège dit :

    Que la vie est injuste.
    Toutes mes bonnes pensées et de soutien vont à tous ses proches.
    Sincères condoléances.

  199. Hervé Thierry dit :

    Parti bien trop tôt.
    Toutes mes pensées vont à ceux qui le côtoyaient au quotidien et à sa famille .

  200. Anonyme dit :

    Dacoury-Tabley Agathe
    Mes pensées vont vers sa famille, très belle rencontre mais parti trop tôt, Paix à son âme

  201. Franck Morales dit :

    La nouvelle est terrible. La perte immense. 38 ans n’est pas un âge pour s’en aller ainsi. Je garderai le souvenir d’un bon vivant, d’un mec bien et d’un très grand professionnel, jamais à court d’idées. Toujours de bon conseil. Toutes mes sincères condoléances à ses proches.